Didacticiel :
"IRC ? Mais c'est quoi en fait ?"

Cette question, je l'entends maintenant depuis pas mal de temps quand je parle du blog à mon entourage (étudiants de mon ex-master, personnes rencontrées aux JeBiF Pubs et TOBi, collègues, bioinformaticiens croisés, etc.). C'en est arrivé au point que je me sens vieille je me suis dit que faire un article de présentation de cet outil qu'est IRC, adjoint d'un mini tutoriel serait une bonne idée.

Vous êtes prêts ? Commençons.

IRC, kézako ?

IRC, pour Internet Relay Chat, c'est un protocole de communication textuel sur Internet avant tout. Comprenez un système d'envois de message instantanés via le réseau.

Mais ! Mais ! Pourquoi ne pas utiliser Facebook, WhatsApp, MSN, ...

Car le petit réseau de bioinfo initial s'est historiquement formé sur IRC, et de lui est né le blog que vous connaissez aujourd'hui suite à un souhait de pérennité.

Mais d'autres avantages sont présents pour que nos petites moules soient restées accrochées à leur rocher :

  • pas besoin de créer de compte (à moins de vouloir protéger son pseudo)
  • rarement bloqué par nos emmerdeurs adorables et dévoués administrateurs réseau (du moins dans sa version web client)
  • très succinct
  • et surtout libre pour nos allergiques au copyright

"Et puis parce que c'était mieux avant !"  -  "C'est ça c'est ça l'ancien, on va aller prendre ses cachets maintenant."

 

Pour utiliser ce protocole, il est nécessaire de se connecter sur un réseau dédié. Historiquement 4 grands réseaux cohabitaient (IRCnet, DALnet, EFnet, et Undernet), mais dans les années 2000, 2 autres réseaux sont devenus particulièrement populaires : QuakeNet (orienté sur le jeu vidéo) et Freenode (orienté sur l'open source tant au sens informatique que liberté de parole). C'est sur ce dernier que bioinfo-fr est présent.

Le fonctionnement d'IRC est simple, vous pouvez discuter de 2 façons :

  • dans un salon/canal de discussion (un channel en anglais, ou chan en abrégé). Ils sont repérables par le croisillon qui se trouve devant leur nom, par exemple "#bioinfo-fr" pour le canal du blog. Ces canaux peuvent être à l'origine un groupe d’amis, des gens qui ont un centre d’intérêt commun, ou encore un groupe d'entraide entre utilisateurs d’un logiciel ou d’un langage informatique où une centaine de personnes s’entraident quotidiennement ! 
  • avec une seule personne en privé

Pour ce faire, munissez-vous de votre plus beau pseudonyme et lancez-vous sur le réseau.

Ça a l'air sympa ton truc, je fais comment pour y accéder ?

Pour se connecter à l'un des réseaux IRC précédemment cités, il va falloir utiliser un client. Je vais donc vous en présenter quelques-uns qui vous permettront de débuter en attendant de trouver votre petit chouchou. Commençons par un critère qui va pas mal dégrossir la liste : client lourd ou client web ?

 

.

En deux mots : un client lourd est un logiciel que vous aurez installé sur votre ordinateur et qui vous servira à vous connecter au serveur distant. À l'inverse, un client web sera une application à laquelle vous accéderez via votre navigateur web.

 

Pour les adeptes du client web

C'est le type de client que je recommande pour les gens qui débutent sur IRC (ou bien qui souhaitent un fonctionnement épuré). Rarement bloqués par les administrateurs système (car passant par le port 80 et non un entre 6665-6669), et par définition cross-plateforme, ces clients sont accessibles via la majorité des navigateurs. Je vais vous en proposer deux qui répondront normalement à la plupart de vos attentes :

  • Qwebirc (le client de base de freenode) - C'est la qualité russe à portée de main : rustique, pas prévu pour faire joli, possède quelques fonctionnalités à activer pour faciliter un peu la lecture (coloration des pseudos, horodatage, ...) mais fait totalement le travail demandé
  • Kiwiirc - C'est Qwebirc mais avec une ergonomie et un graphisme plus poussés. Reprend toutes les fonctionnalités énoncées précédemment avec en plus un système de notifications compatible avec les navigateurs récents, et l'ajout de mots clefs (des highlights ou hl en abrégé) dans les paramètres pour être notifié/voir le message surligné dans l'interface (à savoir que par défaut votre pseudonyme est un mot clef)

 

À gauche Kiwiirc - À droite Qwebirc
(respectivement GNU Affero GPL license et GNU General Public License, version 2)

 

Mais si vous souhaitez pousser la personnalisation de votre client avec des fonctionnalités comme celles décrites plus bas, pas le choix : il vous faut un client lourd !

Pour les adeptes du client lourd

La compatibilité avec l'OS que vous utilisez va ici être un facteur déterminant. Je vais donc vous recommander quelques clients pour chacun (note : n'étant pas utilisatrice de Mac, je me suis basée sur les conseils de nos chers collègues du canal #bioinfo-fr 😉 )

  • Linux
    • Pour ceux préférant une interface graphique, Konversation ou HexChat (la version maintenue de Xchat) sauront ravir vos mirettes. Et bonus : HexChat est compatible sur les deux autres OS également.
    • Pour nos amoureux du terminal, visez Weechat. S'il s'avère un peu compliqué au début pour un novice Unix et/ou IRC, il devient rapidement une extension de vous-même une fois les dizaines de paramètres peaufinés.
  • Windows
    • Si vous êtes attachés aux interfaces graphiques, HexChat sera à nouveau votre ami, de même que ChatZilla qui possède même un plugin pour Firefox.
    • Il n'existe pas à ma connaissance de client intégré à la console DOS de Windows, cependant vous pouvez opter pour irssi pour une apparence proche d'un terminal.
  • Mac
    • Colloquy ainsi que Adium sont des clients graphiques qui combleront vos attentes. Le premier possède même une application mobile pour les accros à IRC.
    • Pour le côté terminal, pas de neuf à l'horizon, je vais à nouveau vous recommander Weechat.

 

De gauche à droite et de haut en bas : Konversation, Colloquy, Hexchat, irssi, ChatZilla, Adium
(Licence GPLv3)

 

J'ai mon client favori, et maintenant ?

On va débuter par une rapide revue de l'interface de tout client IRC :

Présentation de la composition d'une fenêtre irc via Kiwiirc

 

  1. Onglets de canal : correspond aux différents canaux sur lesquels vous êtes présents. À noter que vous aurez toujours un onglet de connexion au serveur (qui s'affiche sous le nom de "status", "freenode", ...).
  2. Pseudonymes connectés : le plus souvent ce sont des personnes physiques, cependant il se peut que ce soit parfois des bots (petits programme utiles ou juste amusants). Le bot le plus commun est ChanServ, vous le verrez sur un grand nombre de canaux, on l’utilise pour enregistrer des canaux auprès du réseau freenode et les gérer.
    • Le @ indique que la personne est opératrice du canal : elle a le droit d'expulser (kick), bannir, donner un privilège de parole (voice), nommer opératrice toute personne du canal
    • Le + indique que la personne a reçu un privilège de parole (n'est pertinent que si le canal est en mode +m car seules ces personnes sont alors autorisées à parler)
  3. Zone de discussion :  c’est là que se trouvent affichés les messages de tous. On y retrouve le topic ici en encadré jaune, c'est le sujet/descriptif du chan, il contient parfois des informations utiles sur les règles à respecter. Vous remarquerez également le surlignage fait lors de l'utilisation de mon pseudonyme par KwotKwot
  4. Zone de saisie : c’est ici que vous écrivez les messages, mais aussi les commandes.

 

Mais ! Mais ! Pourquoi tu parles de commandes vu qu'on est sur un logiciel de chat ?

Car le fonctionnement d'IRC est ainsi : basé sur des lignes de commande. Rassurez-vous, la plupart des clients graphiques proposent des menus et des raccourcis pour vous éviter de retenir toutes les commandes par cœur. Sachez cependant que pour certaines fonctionnalités plus poussées, le passage par les lignes de commande sera obligatoire.

 

Quelques commandes de base

Changer de pseudo /nick <pseudo que vous voulez>
Avoir des infos sur un utilisateur /whois <pseudo de l’utilisateur>
Se mettre « absent » /away <votre message d'absence>
Ne plus se mettre « absent » /back
Envoyer un message privé /msg <destinataire> <message>
Simuler une action /me <verbe conjugué à la 3e pers. sing.>
Quitter le canal /quit
Rejoindre un canal /join <canal>
Avoir de l’aide sur une commande /help <commande sans le «/»
Afficher le menu d’aide /help

Avec ça vous devriez vous en sortir. Pour vous perfectionner dans les différentes commandes d'IRC, je vous invite à utiliser votre moteur de recherche favori pour trouver les nombreux guides existant sur le sujet.

 

On m'indique que mon pseudonyme est déjà enregistré et que je ne peux donc pas le prendre. Qu'est-ce que cela signifie ?

L'enregistrement c'est le verrouillage d'un pseudonyme auprès du réseau freenode afin qu'on ne puisse pas se faire usurper son identité. Vous serez alors contraint de changer de pseudonyme (le classique étant d'ajouter " ` " ou "_" a la fin) et je vous conseille de l'enregistrer via la commande suivante :

/msg nickserv register <votre_mot_de_passe> <votre@mail.tld>

 

Les bonnes pratiques pour communiquer

Sur IRC comme partout, vous vous devez d'être respectueux envers les usagers (mais comme partout, vous tomberez ou serez un jour le crétin qui insulte, si si je vous jure). Quelques recommandations tout de même :

  • En arrivant sur un canal, dites bonjour, et si c'est la première fois que vous venez, présentez-vous (sur #bioinfo-fr, notre cher Yoann M. vous tombera de toutes façons bien assez vite dessus pour vous poser la question 🙂 )
  • Comme tout le monde n'est pas en permanence devant sa fenêtre IRC, n'hésitez pas à hl une personne. C'est-à-dire que vous commencez votre phrase par le pseudo de la personne (la plupart des clients proposent la tab-completion, elle vous sauvera de quelques pseudos alambiqués. Ex. de KwotKwot dans l'illustration plus haut: Kumquatum : comment ca va ?
  • À l'inverse, on évite de hl une personne si on a rien à lui dire et on rajoute un caractère pour casser la reconnaissance. Ex. : j'en parlais justement a Kum.quatum la dernière fois. Mais là elle est trop occupée.
  • À force de traîner sur les différents canaux, on apprend parfois l'identité et d'autres informations personnelles sur les gens. En aucun cas vous ne devez les divulguer sans l'accord des personnes (Si elles ont un pseudonyme, il y a une raison). On évite donc de dire Hey Gwen faut que je te parle d'un truc ! (oui j'affiche mon prénom, mais en soi vous pouvez déjà le retrouver dans ma page auteur sur le blog :p )

 

Dans le cas où vous ne respecteriez pas ces règles de bienséance, gare au kick/ban !

 

Pour conclure

Voici une liste non exhaustive des canaux qui peuvent vous intéresser, tant professionnellement que récréativement :

  • #bioinfo-fr : THE canal, celui de ce blog ! Vous y retrouverez vos admins chéris qui se relaient pour pouvoir répondre en direct à vos questions concernant le blog. C'est aussi un lieu d'entraide sur des sujets bioinformatiques, des galères de code, et autres astuces de bioinformagiciens !
  • #jebif : le canal de l'association éponyme qui vous livre notamment les retranscriptions des Tables Ouvertes en Bioinfo. N'hésitez pas à passer les voir si vous voulez participer à la vie de l'association.
  • #bioinformatics : le canal anglophone de bioinformatique, qui ne manque pas de divaguer entre deux explications de bioinfo
  • #R / #python / #vim / #git / ... : tout un tas de salons éponymes où vous trouverez de l'aide technique quand #bioinfo-fr n'aura pas réussi à vous sauver

 

Au plaisir de vous voir sur le canal du blog ;D

 

Team Chat - https://xkcd.com/1782/
CC-BY-NC

 

Références

 

Merci aux relecteurs Lins`lhtd, et Aurélien Béliard pour leur temps consacré à cet article.

 

  • À propos de
  • Doctorante rousse à vocation bioinformatique / biostatistiques, j'ai eu un parcours assez inhabituel : BTS Bioanalyses et Contrôles, Licence Statistiques et Informatique décisionelle pour enfin mélanger le tout en faisant le Master BIBS de l'Université Paris Sud (devenu AMI2B pour le M2). Actuellement au CHUL de Québec au Canada, je travaille dans le cadre de ma thèse sur les réseaux de co-expression appliqués à différentes omiques. Je m'investis également dans l'association JeBiF en participant à l'organisation d'événements et en y officiant comme trésorière.

2 commentaires sur “"IRC ? Mais c'est quoi en fait ?"

  1. À propos de la manière d\'utiliser IRC : un détail qui peut paraître bête mais qui est très important : les gens connectés sur IRC ne sont pas nécessairement en attente active d\'un message.

    En clair, ça veut dire que quand vous voulez poser une question, la meilleure manière de ne jamais avoir de réponse, c\'est de se déconnecter 45 secondes après avoir posé la question.
    Il est peut probable que quelqu\'un lise, comprenne et réponde à la question dans ce laps de temps.

    Ça peut paraître difficile à croire quand on a l\'habitude, mais je ne compte plus le nombre de personnes qui «essaye» IRC en quittant le canal avant même que quiconque voie leur message, et qui viennent dire après que «IRC c\'est nul, personne ne répond».

    De mon point de vue, IRC est une solution de discussion asynchrone (comme le mail), avec la possibilité, lorsque c\'est nécessaire, de passer en mode synchrone (plus pratique que le mail).

    Il manque un mot dans la présentation de weechat : «il devient rapidement une extension de vous*-même* une fois les dizaines…».

    • Je suis tout à fait d\'accord, nous ne sommes pas 100% du temps en face de notre client à attendre qu\'on nous parle, sans pour autant passer en mode absent.
      Il y a aussi les utilisateurs de Screen, ce sont des \"ghosts\"qui sont connectés 24H/24 pour garder les log de ce qui se dit, et ne les regardent qu\'une ou 2 fois par jours.

      J\'ai corrigé le \"vous-même\".

Laisser un commentaire