- Le blog participatif de bioinformatique francophone depuis 2012 -

LaTeX, pour bien présenter et mettre en page

Qu'est-ce que LaTeX ?

LaTeX (la casse est impor­tante) est un lan­gage de mise en forme de docu­ments, exten­sion du lan­gage TeX, créé pour résoudre des pro­blèmes d'écriture de for­mules mathé­ma­tiques com­pli­quées sur ordi­na­teur. Contrai­re­ment à de nom­breux logi­ciels de mise en forme, LaTeX se base sur le WYSIWYM (What You See Is What You Mean : ce que vous voyez est ce que vous vou­lez dire), par oppo­si­tion aux logi­ciels comme Micro­soft Word qui sont des WYSIWYG (What You See Is What You Get : ce que vous voyez est ce que vous obte­nez).

LaTeX
Le logo de LaTeX fait avec la com­mande \LaTeX de LaTeX

La dif­fé­rence est assez simple : ima­gi­nez un car­ré blanc d'un mètre de coté avec un cercle noir de 50cm de dia­mètre au centre de ce car­ré. Cette phrase pour­rait être consi­dé­rée comme fai­sant par­tie du WYSIWYM car il fau­drait que quelqu'un, ou quelque chose, lise cette phrase et suive mes ins­truc­tions pour obte­nir un résul­tat visuel. Main­te­nant, si au lieu de décrire ce que je veux je le des­si­nais direc­te­ment il s'agirait de WYSIWYG. Cette dif­fé­rence est donc cette étape sup­plé­men­taire d'interprétation, sou­vent appe­lée phase de com­pi­la­tion.

Mais pour­quoi se com­pli­quer la tâche dans ce cas ? Tout sim­ple­ment parce qu'il est plus facile de dire : "fina­le­ment je veux que mon cercle fasse 51cm de dia­mètre" — plu­tôt que de reprendre son com­pas et de le redes­si­ner. Ce prin­cipe n'est pas propre à LaTeX, il suf­fit d'analyser une tech­no­lo­gie que vous êtes en train de regar­der en ce moment même pour en voir la puis­sance : le HTML/​CSS. Sur la par­tie en HTML on indique le texte (que l'on peut écrire au kilo­mètre) et on indique aus­si ce qu'est ce texte (le corps de la page, un menu, un para­graphe impor­tant, un lien etc). Ensuite, le CSS s'occupe de mettre en forme : les liens doivent être en bleu, sou­li­gnés, se mettre en gras quand on passe la sou­ris des­sus et pas­ser en vio­let quand on a cli­qué des­sus. Toutes ces fonc­tions sont bien enten­du para­mé­trables à loi­sir. LaTeX fonc­tionne de la même manière, en sépa­rant le fond de la forme.

Les avantages de LaTeX

La pre­mière pos­si­bi­li­té avec LaTeX est de l'utiliser à la place de votre trai­te­ment de texte habi­tuel. Ceci pré­sente de nom­breux avan­tages. Le pre­mier étant de sépa­rer le fond de la forme. Le second en découle : comme le HTML peut être lu et inter­pré­té par plu­sieurs navi­ga­teurs, tous ceux res­pec­tant la même norme affi­che­ront la même chose avec le même code source. Avec LaTeX c'est la même chose, la com­pi­la­tion se fait en expor­tant le résul­tat final dans des for­mats dont la norme est connue et res­pec­tée par tous, comme par exemple le PDF. Quel que soit l'ordinateur que vous uti­li­sez, le PDF devrait être lu de la même manière et don­ner le même ren­du. D'accord, tous les trai­te­ments de texte actuels font de même, mais la "source" de ce docu­ment, elle, n'est pas tou­jours expor­table. Nom­breuses sont les per­sonnes à avoir ren­con­tré ce pro­blème de pas­ser de Win­dows à GNU/​Linux et de voir sont docu­ment cham­bou­lé, devoir refaire la mise en page… Avec LaTeX votre code source peut-être lu avec n'importe quel édi­teur de texte (et non trai­te­ment de texte).

Quelques for­mules mathé­ma­tiques :
L'équation de Michae­lis-Men­ten et le RMSD en modé­li­sa­tion

Comme je l'ai dit pré­cé­dem­ment, LaTeX per­met de contour­ner une dif­fi­cul­té inhé­rente au monde scien­ti­fique, et bien connu en bio­in­for­ma­tique : la pré­sen­ta­tion des for­mules mathé­ma­tiques et des por­tions de code. Que ce soit dans un rap­port ou une pré­sen­ta­tion il est sou­vent mal aisé de repré­sen­ter une simple racine car­rée, alors qu'avec LaTeX on peut très sim­ple­ment faire appa­raitre des for­mules simples ou com­plexes. Il en va de même pour le code infor­ma­tique. Quand vous venez sur le blog, ou que vous uti­li­sez votre édi­teur de texte pré­fé­ré, vous voyez géné­ra­le­ment le code colo­ré. On appelle ça la colo­ra­tion syn­taxique, ça per­met aux per­sonnes de dif­fé­ren­tier une simple variable d'un mot clef ou d'un com­men­taire au pre­mier coup d'oeil. Dif­fi­cile de faire ça sous Word, et très simple à faire sous LaTeX.

Code C++
Code C++ avec une colo­ra­tion syn­taxique

Non seule­ment vous pou­vez uti­li­ser LaTeX pour écrire vos rap­ports ou votre thèse, mais vous pou­vez aus­si l'utiliser pour rédi­ger vos articles scien­ti­fiques. Cer­tains jour­naux scien­ti­fiques pro­posent un patron déjà exis­tant, comme pour le jour­nal Bio­in­for­ma­tics ou NAR. Vous n'avez alors même pas à vous sou­cier de la mise en page, tout est fait pour vous sim­pli­fier la vie. Vous tapez votre texte et il est déjà à la bonne mise en page, avec les bons inter­lignes, les bonnes polices, les bonnes numé­ro­ta­tions. Une fois votre article tapé, vous ren­voyez la source à l'éditeur qui se char­ge­ra de le com­pi­ler cor­rec­te­ment avec ses autres articles scien­ti­fiques pour sa pro­chain paru­tion. Elle est pas belle la vie ? Mais vous pou­vez faire d'autre choses avec LaTeX : tout comme Power­Point, vous pou­vez faire de jolies pré­sen­ta­tions, avec des dia­po­si­tives très propres, très faciles d'utilisation, avec un for­mat entiè­re­ment per­son­na­li­sable. Il est très pra­tique par exemple dans un labo­ra­toire, ou dans une équipe, d'avoir le même style de pré­sen­ta­tion que tout le monde. Une seule per­sonne se casse un peu la tête à faire une pré­sen­ta­tion type, défi­nit les polices, les cou­leurs à uti­li­ser, le for­mat que pren­dront les tableaux, et il ne reste plus qu'à uti­li­ser ce thème pour tout et par tous.

Les inconvénients de LaTeX

Je ne peux pas le nier, LaTeX pos­sède tout de même quelques points noirs. Le pre­mier incon­vé­nient de LaTeX vient du fait que c'est un lan­gage à part entière, et tout comme le HTML et le CSS, avant de l'utiliser il faut en apprendre les bases. Il existe de nom­breux tuto­riels pour apprendre les bases de LaTeX. Je ne sau­rais que trop vous conseiller de cher­cher par vous même pour trou­ver celui qui vous cor­res­pond, mais je vous conseille tout de même celui du Zéro. Il existe aus­si de nom­breux livres, je vous conseille celui-ci, que vous pou­vez obte­nir gra­tui­te­ment sur inter­net, ou que vous pou­vez com­man­der comme livre de che­vet. Si vous déci­der de com­men­cer à apprendre LaTeX, sachez que même s'il semble dif­fi­cile à appré­hen­der seuls quelques com­mandes sont néces­saires pour rédi­ger un pre­mier docu­ment, les autres vien­dront au fur et à mesure de vos besoins. Cer­tains fichiers existent sur inter­net réca­pi­tu­lant les com­mandes de bases, comme celui-ci. Il n'y a aucune honte à en abu­ser, même les plus expé­ri­men­tés y ont recours.

Une fois LaTeX bien pris en main, il reste un second incon­vé­nient par rap­port aux logi­ciels de trai­te­ment de texte, inhé­rent au modèle WYSIWYM. Il faut le trans­for­mer en un résul­tat esthé­tique (qui est tout le but de LaTeX). En réa­li­té c'est juste à cet endroit pré­cis qu'intervient le logi­ciel, tout le reste n'était qu'un lan­gage de for­ma­tage de don­nées. Cet étape de com­pi­la­tion est plus ou moins longue, selon la taille du docu­ment, le nombre d'images etc… Et néces­site d'être par­fois répé­tée deux fois pour prendre en compte cer­tains para­mètres, comme la numé­ro­ta­tion des cha­pitres et leur indexa­tion dans un som­maire, ou bien la numé­ra­tion des figures ou des cita­tions. Il existe bien sur des astuces pour dimi­nuer ce temps de com­pi­la­tion, qui peut s'étendre à plu­sieurs minutes par­fois. Vous pou­vez par exemple insé­rer des images blanches à la place de vos véri­tables figures si celles-ci sont nom­breuses, cer­tains logi­ciels per­mettent aus­si de voir en temps réel son docu­ment au fur et à mesure qu'on l'édite, ce qui peut être un avan­tage quand on débute.

Enfin, il existe encore un der­nier incon­vé­nient, et non des moindres. LaTeX fait très bien les choses tout seul, il place les figures où il faut, il met les légendes cor­rec­te­ment, il numé­rote dans le bon ordre et il for­mate le texte comme on lui a deman­dé. Cepen­dant ces actions sont très basiques. Certes il est rare de deman­der un peu plus d'exotisme, mais de temps en temps ça ne fait pas de mal, et là LaTeX devient un peu plus capri­cieux et dif­fi­cile à prendre en main.

C'est pour­quoi je consa­cre­rai mes pro­chains articles à quelques trucs et astuces en LaTeX pour vous per­mettre d'utiliser au mieux ce lan­gage. En atten­dant il va fal­loir bos­ser et apprendre à l'utiliser un mini­mum.



Pour continuer la lecture :


Commentaires

23 réponses à “LaTeX, pour bien présenter et mettre en page”

  1. Yoann M.
    Yoann M.

    Belle pré­sen­ta­tion de LaTeX 🙂 J'ai hate de voir les trucs et astuces !

  2. Un autre incon­vé­nient de LaTeX, dû à sa com­plexi­té, c'est la rédac­tion com­mu­nau­taire (pour un article) ou la relec­ture (dans le cas d'une thèse ou d'un rap­port). En effet il faut que la per­sonne en face maî­trise éga­le­ment LaTeX.

    1. Gophys_

      Je ne suis pas d'accord avec ça. La rédac­tion com­mu­nau­taire se faire très sim­ple­ment puisque qu'il suf­fit géné­ra­le­ment de taper le texte au kilo­mètre et ensuite de mettre en forme. Dans ce cas d'articles scien­ti­fiques les feuilles de styles créées par les jour­naux sont une source de tra­vail en moins. Pour l'écriture d'une thèse ou d'un rap­port, il en va de même : la par­tie com­mu­nau­taire se faire avec un simple édi­teur de texte, et ensuite seule­ment la mise en page se fait. Comme le tout doit sou­vent être sombre (pas de mise en ita­lique, gras sou­li­gné des cou­leurs de l'arc en ciel en fond) pas besoin d'ajouter de balises de latex (sauf une ou deux, que je compte expli­quer dans ma pre­mière astuce).

      Après pour les figures, tableaux, for­mules, codes, c'est à la fin que ça doit être rajou­té par la per­sonne de l'équipe qui jus­te­ment maî­trise LaTeX.

      1. Des outils comme LibreOffice/​MsOffice dis­posent d'un mode cor­rec­teur qui per­met de visua­li­ser rapi­de­ment les modi­fi­ca­tions faites par les autres, ce que ne per­met pas un édi­teur de texte simple.

        1. Yoann M.
          Yoann M.

          Pour repondre à ça, je dirais que une fois com­pi­lé en pdf par exemple, le texte peut être anno­té à l'aide d'un visua­li­seur pdf. L'auteur du docu­ment peut alors faire les modi­fi­ca­tions direc­te­ment dans le LaTeX et recom­pi­lé le docu­ment.

    2. LaTeX est en effet plus appro­prié pour du tra­vail en solo sur un docu­ment qui a pour but d'être dif­fu­sé que pour du tra­vail col­la­bo­ra­tif sur des docu­ments interne.

      En effet, si le ren­du vec­to­riel ain­si que les mises en page "par defaut" du LaTeX sont très propre et en font un avan­tage pour des docu­ments "à des­ti­na­tion du public", quand il s'agit de tra­vailler sur des docu­ments col­la­bo­ra­tif ser­vant de "sup­port" de tra­vail et d'échange, ça devient beau­coup plus ten­du.

      On pour­rait ima­gi­ner des outils per­met­tant cela, avec des "clients" per­met­tant à tous d'éditer le conte­nu et de voir les modifs de ver­sion, sans connais­sances de LaTeX, avec com­pi­la­tion auto­ma­tique lors du com­mit et tuti quan­ti …
      Mais ça ne tient pas 2 min la route face à des solu­tions comme le tra­vail col­la­bo­ra­tif dans MS Word ou LO Wri­ter.

      Le pro­blème vient que beau­coup sont très extré­miste sur le sujet, et n'acceptent de tra­vailler qu'avec un WYSIWYG ou qu'avec LaTeX, alors que les deux ont réel­le­ment avan­tages et incon­vé­nients 😉

      Ah, et un petit erra­tum : MS Word et LO Wri­ter se débrouillent très bien avec les for­mules 😉
      Word le fait depuis plus de 10 ans d'ailleurs même si c'était un peu fas­ti­dieux et caché au fin fond du soft à l'époque 😉

  3. Une chose me dérange, c’est quand tu dis qu’on peut faire de jolies pré­sen­ta­tions. En effet, et on en avait dis­cu­té avec Bilou, LaTeX n’est pas fait pour ça à la base, et c’est un plu­gin qui le per­met, et à mon gout : C’est moche.
    Que les pré­sen­ta­tions soient claires et simples, je veux bien, mais qu’elle soient belles, on repas­se­ra.
    En plus on est limi­té par l’absence d’animations de posi­tion­ne­ment, la sim­pli­ci­té est l’interactivité.
    Per­son­nel­le­ment, je ne connais per­sonne qui m’a un jour dit : « Waouh, j’ai vu une pré­sen­ta­tion LaTeX, elle était trop classe ! « .
    Je pense que les couples html5/​css3 sont plus aptes, ou Powerpoint/​Keynote, ou encore Pre­zi, sont loin devant LaTeX.
    Enfin c’est mon avis…

    1. Gophys_

      As-tu déjà vu quelqu'un dire à la fois : "Waouh, les dia­pos étaient trop classes!" et "Waouh, j'ai tout rete­nu de ce qu'il (elle) a dit, c'était trop inté­res­sant!" ?

      Une bonne pré­sen­ta­tion est une pré­sen­ta­tion sobre, avec pour seules ani­ma­tions des apparitions/​disparitions de textes (de pré­fé­rence sans le type machine à écrire) et c'est exac­te­ment ce que fait LaTeX.

      Le but d'une pré­sen­ta­tion étant de faire pas­ser ton mes­sage à l'oral il ne faut pas que ton audi­to­rat soit per­tur­bé par tes dia­pos. Donc LaTeX fait très bien son bou­lot en pro­po­sant à chaque fois quelque chose de sobre et d'utile. Après si tu veux que les dia­pos soient plus belles, je sais qu'il est pos­sible de se faire un thème qui ne fait pas "LaTeX". Mais il est très dif­fi­cile d'arriver à un résul­tat propre et joli. Mais au moins ça évite aux per­sonnes n'étant pas à l'aise de faire un tableau avec un mil­lion de cou­leurs, avec du texte qui appa­raît en fai­sant des cercles et en ajou­tant un timer sur une dia­po qu'ils ne pour­ront pas tenir.

      1. Je ne suis pas du tout d'accord avec ça. Pour moi une pré­sen­ta­tion qui est sexy sera plus rete­nue qu'une pré­sen­ta­tion morne. De plus, je peux te dire que expli­quer cer­tains méca­nismes bio­lo­giques com­plexes sans ani­ma­tion un peu plus évo­luée que l'apparition/disparition c'est rapi­de­ment dif­fi­cile.

        Je don­ne­rai pour illus­trer l'exemple de feu Steve Jobs, qui s'il a été beau­coup cri­ti­qué, il a tou­jours été dit que c'était un excellent pré­sen­ta­teur. Et ses pré­sen­ta­tions avaient des règles strictes (pas plus de 3 points par dia­pos, des notions vul­ga­ri­sées…), simples, mais aus­si des ani­ma­tions sexy, des vidéos, des illus­tra­tions.

        Pour moi une bonne pré­sen­ta­tion montre sim­ple­ment ce que l'on veut dire, et est un outil pour le pré­sen­ta­teur, un sup­port à son dis­cours, mais doit constam­ment relan­cer l'attention de l'auditoire, qui sans ça, si tu passes après le mec qui n'a fait que lire sa dia­po avec tout le texte des­sus, finit par s'endormir.

        Je t'invite à voir n'importe laquelle de mes pré­sen­ta­tions, je peux te dire que tu retien­dras ce que je t'ai racon­té !

        1. Yoann M.
          Yoann M.

          Moi qui pen­sais que tu uti­li­se­rais la pré­sen­ta­tion de bioin​fo​-fr​.net comme exemple… 😀
          Steve Jobs…
          On est quand même tous d'accord que pour une bonne pré­sen­ta­tion il faut avant tout un bon ora­teur. Le reste n'est que secon­daire, mais utile pour cap­ti­ver l'oeil et per­mettre une "dis­trac­tion" au public. De plus cer­taines per­sonnes retien­dront mieux quel­que­chose d'écrit (d'afficher ici) que d'entendu.

      2. Je viens mettre mon grain de sel 😉

        Oui Gophys, j'ai déjà eu ce double effet "pré­sen­ta­tion classe" et "c'était trop inté­res­sant." Je n'irais pas jusqu'à "j'ai tout com­pris" car c'est très dif­fi­cile de tout com­prendre quand tu es pas­sif devant un écran et un mec qui parle.

        Comme tu le dis, une pré­sen­ta­tion, c'est fait pour faire pas­ser un mes­sage. Donc tu peux juger d'une bonne pré­sen­ta­tion si le mes­sage est pas­sé 😉

        Ce n'est pas parce qu'une pré­sen­ta­tion est sobre et sans ani­ma­tion qu'elle sera claire et aide­ra à faire pas­ser le mes­sage. D'ailleurs, presque toutes les pré­sen­ta­tions LaTeX/​beamer que j'ai pu voir avaient les mêmes défauts :
        Trop de listes à puces beau­coup trop longues.
        Tableaux immenses où on ne sait pas où regar­der.
        For­mules de math com­plexes et pas expli­quées ou décom­po­sées.
        Plu­sieurs gra­phiques sur une dia­po (illi­sibles du coup).

        Donc le pro­blème ne vient pas de l'outil, mais de l'utilisation qu'on en a.

    2. Aure­lou, Pre­zi est ce qu'il y a de pire : c'est du flash (donc, un for­mat non libre, ça bugue pra­ti­que­ment tout le temps, etc.). Faire une pré­sen­ta­tion avec Pre­zi per­met très peu de flexi­bi­li­té, ça saute dans tous les sens et les gens ont l'impression d'assister à un mau­vais remake de "Blair Witch" ver­sion lab­mee­ting.

      En ce qui me concerne, je trouve les Powerpoint/​Impress d'une moche­té rare. Deman­der à tout le monde de faire du HTML5/​CSS au lieu de texte simple me paraît être un peu too much.

      Cela dit, les goûts et les cou­leurs ne se dis­cutent pas 😉 Donc, je trouve que jeter à la pou­belle un édi­teur com­plexe per­met­tant une mise en page avan­cée juste parce que "c'est po zou­li" est un peu exa­gé­ré 🙂 Enfin, la règle qui marche à chaque fois, quel que soit le sup­port, est "less is more". Fais les trucs clai­re­ment, sans fio­ri­tures (et sur­tout sans poneys), tu ver­ras le résul­tat.

      1. Note mon "ou encore" avant Pre­zi, qui me dérange (en plus d'être du flash) par son côté "je te fais croire que je suis gra­tuit mais en fait non !". Per­son­nel­le­ment, je trouve que les pré­sen­ta­tions Pre­zi sont dyna­miques et ont le mérite de faire bou­ger les choses dans le monde de la pré­sen­ta­tion.
        Je pense que tu en rajoutes un peu en disant que PPT et Impress (tu ne parles pas de Key­note ?) sont moches, c'est rare­ment plus moche que LaTeX. Et l'argument du HTML5/​CSS trop com­plexe me parait un peu déri­soire pour pous­ser les gens vers LaTeX. Tu trouves au moins autant de tem­plates CSS que LaTeX pour des pré­sen­ta­tions.

        Et encore une fois, je suis déso­lé, mais LaTeX ne per­met pas une mise en page avan­cée, parce que comme l'a dit Gophys, "Certes il est rare de deman­der un peu plus d’exotisme, mais de temps en temps ça ne fait pas de mal, et là LaTeX devient un peu plus capri­cieux et dif­fi­cile à prendre en main."

        Enfin, mer­ci de tes conseils mais mes pré­sen­ta­tions me sati­font, car comme le dit l'oncle Ben, c'est tou­jours un suc­cès.

        1. Yoann M.
          Yoann M.

          Impec, tu seras donc le pro­chain ora­teur pour bioin­fo-fr ! Mer­ci pour ton volon­ta­riat 🙂

          1. T'es sûr que le ser­veur tien­dra la charge ?

        2. Déso­lée de déce­voir ton monde bien ran­gé où un talk avec LaTeX/​beamer est un fail lamen­table. Mais les miens sont tou­jours un suc­cès aus­si. Alors, pour clore cet échange un peu sté­rile sur les goûts et les cou­leurs, je plus­soie Bilou avec son : "le pro­blème ne vient pas de l’outil, mais de l’utilisation qu’on en a. " et je remer­cie Gophys de son article 🙂

          1. Ouh­la, ne t'énerve pas, je ne demande qu'à être éba­hi devant une pré­sen­ta­tion faite avec bea­mer !

  4. Je rejoins Haut­Bit dans son com­men­taire, écrire sa thèse ou un papier à plu­sieurs mains avec des gens habi­tués au sys­tème de Word n'est pas des plus aisé, sur­tout si ces der­niers sont des uti­li­sa­teurs lamb­da de trai­te­ment de texte.
    Après il est tout à fait pos­sible de taper du texte au kilo­mètre sur word et et le trans­po­ser en latex en suite, mais bon, dans la série je me com­plique la vie…

    1. Ouip, c'est une bonne indi­ca­tion de choix de direc­teur de thèse :p

    2. Pour la pro­duc­tion d'un docu­ment à plu­sieurs, je ne crois pas que LaTeX soit pire qu'un autre. Le plus gros pro­blème, c'est de gar­der un docu­ment propre. Or si cha­cun peut mettre son texte comme il veut, c'est vite le bor­del.

      Il faut donc d'abord un sui­vi de ver­sion, et per­so, j'applique la pro­cé­dure sui­vante quelque soit le trai­te­ment de texte choi­si :
      1 une per­sonne écrit le docu­ment
      2 elle l'envoie aux autres en pdf
      3 ils ajoutent leur com­men­taires dans le pdf
      4 la per­sonne récu­père les pdf com­men­tés
      5 elle intègre les com­men­taires dans le docu­ment (nou­velle ver­sion)
      et on boucle jusqu'à satis­fac­tion com­mune ou dead­line.

      Je l'ai fait pour un docu­ment en doc­book… ça a mar­ché nickel 😉

  5. Per­son­nel­le­ment, je pense que LaTeX va per­du­rer encore quelques dizaines d'années dans le domaine de l'édition papier, car trop de choses en découlent (idem pour Word).

    Pour tout ce qui est rédac­tion rapide de docu­ments, des lan­gages balise légers comme Mark­down ou ReStruc­tu­red Text (voir même ascii­doc) ont plus d'avenir. Pour la bonne et simple rai­son, qu'ils peuvent être très sim­ple­ment conver­tis en HTML, PDF et … LaTeX !

    Et de toute façon, soyons clairs, bien­tôt vous aurez tous de jolies pré­sen­ta­tions en HTML ! Voir : http://​bar​taz​.github​.com/​i​m​p​r​e​s​s​.​j​s​/​#​/​o​v​e​r​v​iew

  6. Autre lien pour ceux qui sont dans la rédac­tion, et qui n'ont pas de classe à dis­po­si­tion :
    http://theoval.cmp.uea.ac.uk/~nlct/latex/thesis/

Laisser un commentaire